Donnez une note


Opération de l’hypermétropie par implant


Une hypermétropie forte peut bénéficier d’une opération par implant quant elle ne peut pas l’être par le laser. La cornée, en effet ne peut être exagérément bombée sous l’effet du laser sous peine d’effets secondaires délétères. La chirurgie de l’hypermétropie par implants peut être envisagée si des conditions précises sont remplies.

Les indications

La mise en place d’un implant intra-oculaire est une technique possible pour la chirurgie de l’hypermétropie forte (supérieure à 7 dioptries).
Elle permet la correction d’une hypermétropie plus élevée que par le laser
L’astigmatisme associé peut être corrigé par un implant torique.

L’opération de l’hypermétropie par implant

L’implant est calculé précisément pour la correction de l’hypermétropie. Ce calcul n’est pas toujours simple chez le fort hypermétrope.
On effectuer une petite incision de l’oeil de 2 ou 3 millimètres pour introduire l’implant. On peut placer l’implant derrière l’iris, en avant du cristallin. Soit à la place du cristallin après son extraction (chirurgie du cristallin clair).
L’opération est indolore. La récupération de la vision se fait rapidement.

L’opération de l’hypermétropie par implant clippé à l’iris (implant Artisan) 

Il est quasiment abandonné. En effet, en cas de contact entre l’implant et la cornée, peut se produire une raréfaction des cellules endothéliales de la face postérieure de la cornée. L’implant doit alors être retiré. Sinon se constitue un oedème irréversible de la cornée qui ne pourra être traité que par une greffe de cornée.
Pour les implants Artisan déjà posés il faut donc surveiller la cornée pendant des années par un comptage cellulaire.

L’opération de l’hypermétropie par implant devant le cristallin (implant ICL)

C’est une technique intéressante pour les sujets jeunes.
Elle se heurte au fait qu’il faut avoir une largeur de chambre antérieure  au minimum de 3 millimètres. Or cet impératif est rarement rempli chez l’hypermétrope fort. En effet son oeil est court, la longueur antéro-postérieure est faible.
Cet implant ICL nécessite d’effectuer, préalablement à la chirurgie, une petite ouverture de l’iris au laser Yag (iridotomie). Cette ouverture permet de diminuer le risque de poussée d’hypertension oculaire post-opératoire.
L’implant ICL peut entraîner une cataracte après quelques années. Cela est rare avec les implants actuels. L’implant peut alors être retiré et on peut opérer la cataracte. On remplace alors le cristallin par un nouvel implant. Cela permet de conserver le bénéfice de l’opération de l’hypermétropie par implant ICL.

L’opération de l’hypermétropie par implant remplaçant le cristallin clair

Il s’agit de la même technique qui est utilisée pour la cataracte. On met en place un implant calculé pour la correction de l’hypermétropie à la place du cristallin (implant de chambre postérieure). Cette opération est donc conseillée chez un sujet plus âgé de plus de 40 ans.
Lorsque le cristallin est extrait, il n’y a plus d’accommodation pour compenser la presbytie. Le sujet ne peut donc plus lire sans lunettes. Il est possible de conserver une petite myopie sur un oeil pour compenser en partie cet inconvénient.

L’opération de l’hypermétropie par implant multifocal progressif

Il est aussi possible d’implanter un implant multifocal progressif permettant l’opération de l’hypermétropie et de la presbytie en même temps. Dans ce cas, sa puissance doit être soigneusement calculée par une échographie précise.  Une faible erreur de calcul peut entraîner un résultat décevant. 
Les effets secondaires sont plus marqués chez l’hypermétrope fort. Ils entraînent une perte de la qualité de vision. Les plus fréquents sont l’existence de halos autour des lumières, d’éblouissement, de baisse de la sensibilité au contraste et parfois de vision trouble.
Le patient doit en être prévenu et en accepter l’éventualité. 

Marc TIMSIT